Skip to Content

Publications

Les Archives départementales ont une longue tradition d’édition d’ouvrages à caractère historique. Elles éditent régulièrement des publications que ce soient des catalogues d’expositions, des ouvrages sur le patrimoine oral vannetais ou bien encore des publications pédagogiques. Sont ainsi en vente 20 ouvrages. Les ouvrages sont répartis en quatre périodes chronologiques : Moyen Age, Ancien Régime, 19e siècle et 20e siècle.

Le Moyen Age

 

Suscinio, un château des ducs de Bretagne par le Département du Morbihan, 2016. 48 pages, illustré couleur. 24 x16 cm.

Prix : 6 € (+ frais de port 2,84 €)

Histoire du domaine de Suscinio depuis sa création au 13e siècle à sa restauration par le Département du Morbihan à partir des années 1960.

L'Ancien Régime

Chouannerie(s) en Morbihan

par les Archives départementales du Morbihan, 2015.
112 pages, illustré couleur. 30, 5 x 22 cm.
Prix : 12 € (+ frais de port 5,01 €).

Quand la Révolution éclate, le Morbihan est alors favorable aux vents de réforme. Cependant, la constitution civile du clergé, rejetée par l’Église et par ricochet par les populations rurales crée, en 1791, les premiers soulèvements des Morbihannais qui y voient une atteinte à leur pratique religieuse. Deux ans plus tard, la République a besoin de soldats. Les Morbihannais refusent cette levée d’hommes et se soulèvent en masse en mars 1793. La Chouannerie est née. Une période sombre s’installe qui voit les clivages exacerbés, l’insécurité et la misère régner jusqu’à la pacification en 1801. Elle connaît un dernier soubresaut en 1815 lors des Cent-Jours de Napoléon.

 

Le Morbihan ancien : textes choisis XVe-XVIIIe siècles

par Jean Gourhand, Yolaine Forget et Maud Sallansonnet, 2005.
80 pages, illustré couleur. 24 x 32 cm.
Prix : 20 € (+ 5,01 € frais de port).

Afin de faciliter la lecture des textes anciens, les Archives départementales du Morbihan ont édité un manuel de paléographie. Compilation de trente textes significatifs de l'histoire du département, le manuel propose la reproduction couleur des documents originaux (15e-18e siècles) accompagnée, en regard de leur transcription. Les lecteurs pourront ainsi découvrir les différents styles d'écriture ainsi que le vocabulaire usité entre les 15e-18e siècles.

 

 

Les Archives à l'école

par Hervé Dréan, 2000.
63 pages, illustré noir et blanc. 21 x 26 cm.
Prix : 6 € (+ 3,88 € frais de port).

L'ouvrage a pour objectif de mettre en valeur les documents d'archives dans la perspective d'une illustration des programmes d'histoire. Inscrite dans le prolongement des activités proposées par l'archivobus, cette publication propose des méthodes originales de découverte des archives par les élèves. C'est un guide à l'usage des enseignants qui veulent intégrer les archives dans leur pratique quotidienne. L'auteur, Hervé Dréan, est en 2000 professeur des écoles, et conseiller-relais du service éducatif des Archives.


1789, la vie privée au quotidien à travers les inventaires après décès du Morbihan

par Annick Le Boulicaut, 1990.
101 pages, illustré noir et blanc. 21 x 29, 7 cm.
Prix : 5,50 € (+ 3,88 € frais de port).

Les inventaires après décès permettent d'appréhender de manière très concrète la vie quotidienne de nos ancêtres. Ceux sélectionnés dans cette publication nous éclairent sur l'univers des "gens ordinaires" en 1789, veille de la Révolution. Les documents proposés dans cette brochure ont été retenus compte tenu de leur spécificité locale et de la richesse de leur contenu. Ils illustrent certains modes de vie liés à la profession et à la condition sociale du défunt. Les documents, présentés dans leur intégralité, sont accompagnés d'une transcription lorsque leur lisibilité n'est pas évidente. Une exploitation pédagogique des documents est suggérée. Enfin, les termes de vocabulaire, nécessaires à la compréhension du texte figurent au bas de chaque page.

Les Potiers de Malansac (1700-1900)

par Patrick André, 1989.
29 pages, illustré noir et blanc. 21 x 29,7 cm.
Prix : 3 € (+ 2,84 € frais de port).

Sous l'Ancien Régime, Malansac était un des très rares centres potiers de Bretagne sud, établis entre la Vilaine et le Blavet. L'objet de cette publication est l'étude sociale des artisans potiers de Malansac depuis la fin du 17e -époque où ils apparaissent clairement dans les textes- jusqu'au début du 20e, qui les voit disparaître.

Le Morbihan pendant la Révolution : 1789-1795

par Marcelle André, 1988, 2e édition
110 pages. 21 x 29,7 cm.
Prix : 5,50 (+ 3,88 € frais de port).

La publication présente vingt-quatre documents qui retracent l'histoire du Morbihan pendant la période révolutionnaire afin de comprendre comment et pourquoi le Morbihan "patriote" en 1789 est devenu en 1795 terre d'accueil des émigrés.

1789 doléances et élections dans le futur Morbihan

par Marcelle Richard, 1988.
67 pages, illustré noir et blanc. 21 x 29, 7 cm.
Prix : 4 € (+ 2,84 € frais de port).

Évocation des réalités du monde rural de l'Ancien régime à travers les cahiers de doléances des communes de la Trinité-Porhoët, Baud et Beignon. Notes biographiques sur les premiers parlementaires du Morbihan. Lexique.

Morbihan bicentenaire : un espace et des hommes 1789-1792

par les Archives départementales du Morbihan, 1988.
86 pages, illustré noir et blanc. 19, 5 x 24, 5 cm.
Prix : 4, 50 € (+ frais de port 2,84 €).

Cette exposition, réalisée dans le cadre de la célébration du bicentenaire de la création du département du Morbihan, retrace le cheminement qui a conduit à la mise en place des nouvelles institutions départementales.

Suscinio, renaissance d'un château fort

par les Archives départementales du Morbihan, 1976.
35 pages. 20,5 x 29,5 cm.
Prix : 3 € (+ frais de port 2,84 €)

Ce catalogue d'exposition évoque l'histoire du château et retrace les travaux de restauration ainsi que la découverte lors des fouilles d'une église et de son somptueux pavement.

Le 19e siècle

Sur les rails du Morbihan 1850-1947

par les Archives départementales du Morbihan, 2012.
120 pages, illustré couleur. 30,5 cm x 21,5 cm.
Prix : 15 € (+ frais de port 5,01 €).

Le train arrive pour la première fois en gare de Vannes et de Lorient le 21 septembre 1862. Il y a 150 ans, le Morbihan, à l'instar de la Bretagne, est alors un territoire reculé à l'écart des grandes voies de communication nationales. L'arrivée du train bouleverse le quotidien des Morbihannais qui saisissent très vite les opportunités qu'offre ce nouveau mode de locomotion. Chaque localité milite pour voir son territoire desservi par le train : c'est alors la naissance du chemin de fer d'intérêt local qui couvre progressivement la quasi-totalité du département. Dans le sillon du rail, l'agriculture, l'industrie, le tourisme connaissent un formidable essor. Le Morbihan s'éveille à la modernité. C'est l'histoire de cette extraordinaire épopée ferroviaire que cet ouvrage nous propose de revivre.

Récits de Voyages : le Morbihan, une destination exotique

par les Archives départementales du Morbihan, 2011.
80 pages, illustré couleur. 29,7 cm x 21,5 cm.
Prix : 12 € (+ frais de port 3,88 €).

Mme de Sévigné, Flaubert, Maupassant, Stendhal et bien d'autres ont parcouru le Morbihan et décrit leurs impressions à travers des lettres ou des notes, prises sur le vif ou rédigées le soir à l'hôtel, et par la suite publiées sous forme de récits de voyage. Des voyageurs moins connus ont également laissé des témoignages particulièrement intéressants relatifs à leur périple sur le sol breton et morbihannais. Les Archives départementales du Morbihan invitent les visiteurs à prendre place aux côtés d'un de ces écrivains voyageurs, de son entrée par la Roche-Bernard et Muzillac à sa découverte de Vannes, du pèlerinage de Sainte-Anne-d'Auray, des alignements de Carnac et des îles. Il conclura son parcours le plus souvent par Lorient, ville portuaire auréolée du prestige de la compagnie des Indes. Vers la fin du 19e siècle, avec l'amélioration des voies de communication, l'intérieur du pays se dévoile aux visiteurs (Le Faouët, Pontivy, Ploërmel, Josselin). Les personnes qui visitent le Morbihan à cette période ont le sentiment de pénétrer sur une terre inconnue : les Bretons, dans leur grande majorité, s'habillent en costume traditionnel et parlent leur propre langue ; très peu connaissent le français. Toutes ces particularités suscitent beaucoup d'intérêt auprès des voyageurs qui à l'image de Flaubert qualifient alors la Bretagne de « terre exotique ».

La révolution industrielle en Morbihan (1820-1930) : dossier pédagogique

par Jacques Sotéras, 1999
64 pages, illustré noir et blanc. 21 x 29,7 cm.
Prix : 3 € (+ 2,84 € frais de port)

L'image du Morbihan est intimement liée à la mer et à la campagne et n'offre pas la représentation d'un département industriel. Pourtant, il est intéressant de découvrir ce processus qu'est la Révolution industrielle et les traces qu'elle a pu laisser dans le département. Les documents sélectionnés dans cette publication illustrent parfaitement cet essor économique traité dans les programmes de quatrième et de première. Des pistes pédagogiques sont proposées à la fin de chaque document.

L'enseignement secondaire public dans le Morbihan entre 1850 et 1914

par Patrick André et Jacques Sotéras, 1987.
136 pages, illustré noir et blanc. 21 x 29, 7 cm
Prix: 7 € (+ 3,88 € frais de port).

En sélectionnant aux Archives départementales dans les fonds de la série T (archives de la préfecture et de l'Inspection académique) un ensemble de documents particulièrement variés, les deux auteurs ont élaboré un dossier très représentatif de la vie quotidienne des lycées et collèges depuis le milieu de la première moitié du 19e jusqu'à la première guerre mondiale.

Vannes en 1886

par les Archives départementales du Morbihan, 1986.
37 pages. 29,5 x 20,8 cm.
Prix : 3 € (+ frais de port 2,84 €).

Le catalogue d'exposition offre une rétrospective de la vie quotidienne des Vannetais en 1886. Documents d'archives, cartes postales, photographies évoquent les innovations et le progrès technique qui modifient peu à peu le mode de vie, les distractions de l'époque. La société vannetaise, la place de l'enfant ou bien les débuts de la République sont également abordés.

Pêcheurs d'hier et d'aujourd'hui

par les Archives départementales du Morbihan, 1977.
35 pages, illustré noir et blanc. 20,5 x 29,5 cm.
Prix : 1, 50 € (+ frais de port 3,88 €).

Ce catalogue d'exposition rappelle le monde de la pêche dans le Morbihan aux 18e et 19e siècles. Sont évoquées les différentes pêches pratiquées (sardine, thon, morue, huîtres) et leurs techniques respectives. La vie du pêcheur y est également retracée.

le 20e siècle

Les Morbihannais dans la guerre 14-18

par les Archives départementales du Morbihan, 2014.

252 pages, illustré couleur. 32 x 23, 5 cm.

Prix : 20 € (+ frais de port 6,41 €).

 

 

Le 3 août 1914, la France est projetée dans une nouvelle guerre face à l’Allemagne. Près de 73 000 Morbihannais prennent immédiatement le chemin du front. À l’arrière, la vie se réorganise en l’absence des hommes. Les femmes suppléent leurs maris dans les usines et dans les champs, l’angoisse vrillée au corps d’être sans nouvelles de leurs proches partis combattre. Le moindre jour sans courrier laisse alors envisager le pire.

Au gré des avancées militaires allemandes, de nombreux habitants de l’Est de la France et de la Belgique viennent se réfugier dans le Morbihan. Le département devient également une prison pour les prisonniers de guerre allemands et un vaste terrain d’entraînement pour les jeunes conscrits. Cette ruche militaire est renforcée, en 1917, par l’arrivée des Américains dans les camps de Meucon et de Coëtquidan. D’autres soldats, près de 150 000, reviennent du front par la contrainte d’une blessure ou de la maladie qu’ils viennent soigner dans l’un des 86 hôpitaux du département. À partir de 1917, la guerre s’intensifie au large du Morbihan. Les sous-marins allemands coulent 65 navires entre la pointe de Penmarc’h et l’Île de Noirmoutier en l’espace de deux ans.

À quelques centaines de kilomètres, des milliers de poilus morbihannais (120 000 au total) se battent dans les tranchées. Parmi eux, les frères Jacques et Georges de Geyer d’Orth, Louis Henrio et Martin Kercret. Quatre soldats aux destins singuliers qui, par leurs écrits ou leurs dessins, témoignent des violences auxquelles sont est confrontés quotidiennement les poilus. Quatre années terribles qui coûtent la vie à près de 25 000 Morbihannais.

 

Photographies Lotz - L'album d'un gentleman-farmer (1890-1930)

par les Archives départementales du Morbihan, 2013.
92 pages, illustré couleur. 20,7 x 24,5 cm.
Prix : 15 € (+ frais de port 5,01 €).

Oubliées au fond d'un grenier du manoir de Bot-Pléven (Saint-Aignan) pendant plus d'un demi-siècle, les 425 plaques de verre de la famille Lotz retrouvent la lumière en 2000. Elles sont alors remises en don aux Archives départementales du Morbihan. Homme politique et ingénieur agronome, Paul Lotz (1877-1967) joua un rôle important pour le département dans la première moitié du 20e siècle. Les photographies ont été réalisées entre 1890 et 1930 par Paul et son frère, Fernand. Le fonds est exceptionnel à plusieurs titres. D'une part, il témoigne de la vie d'une famille de la bourgeoisie morbihannaise, dans le premier tiers du 20e siècle, fréquentant le monde de la peinture. D'autre part, une partie de la collection concerne l'activité agricole et les débuts de la mécanisation dans le département. De Saint-Aignan à Pornic en passant par Paris, cet ouvrage propose de découvrir l'univers passionnant d'un gentleman-farmer.

Chants et airs traditionnels du pays vannetais : Mathurin Buléon (début 20e siècle)

par les Archives départementales du Morbihan, 2012.
400 pages, illustré noir et blanc. 30,5 cm x 21, 5 cm.
Prix : 27 € (+ frais de port 6,41 €).

La collection de chansons traditionnelles bretonnes rassemblées par Mathurin Buléon (1868-1946) s'inscrit dans la lignée de celles de ses prédécesseurs et confrères collecteurs : La Villemarqué, Luzel, Le Bras, Bourgeault-Ducoudray, Cadic, Guillevic, Larboulette, Herrieu, Le Diberder, … qu'elle complète véritablement tout en nous dévoilant des trésors insoupçonnés. Patiemment recueillis au début du 20e siècle, essentiellement auprès de chanteurs et sonneurs du pays vannetais, les quelque 600 chants et airs qui la composent, pour la plupart inédits, brillent par leur authenticité et leur diversité.

Chants et airs traditionnels du pays vannetais : Yves Le Diberder (1910-1915)

par les Archives départementales du Morbihan, 2011.
2 volumes, 877 pages chacun, illustré noir et blanc. 30,5 cm x 21, 5 cm.
Prix : 30 € l'unité (+ frais de port 6,41 € par ouvrage).

C'est un corpus de 830 chansons populaires, recueillies par Yves Le Diberder entre 1910 et 1915 sur le territoire vannetais, jamais publié, qui est offert à la compréhension du public : chants d'amour, de mariage, de vie quotidienne, de métiers, humoristiques, mais aussi chants à caractère épique, historique et religieux. Par le nombre et la variété des textes recueillis comme par la qualité de leur transcription et la précision de leur contexte, Yves Le Diberder a rendu sa juste place au Morbihan bretonnant. Le pays de Vannes, dont on s'accordait pourtant à vanter les mélodies pour leur richesse et leur beauté, fut longtemps délaissé en raison de sa singularité dialectale. 810 partitions musicales accompagnent ces textes.

Chants et airs traditionnels du pays vannetais

Coédité par Dastum Bro Ereg et les Archives départementales, 2007.
260 pages, illustré noir et blanc. 24,5 x 22,5 cm.
Prix : 30 € (+ 6,41 € frais de port).

Publication des manuscrits de chansons populaires transcrites par deux prêtres vannetais, les abbés Augustin Guillevic et Jean-Mathurin Cadic, à la fin du 19e siècle et au début du 20e siècle. L'ouvrage est accompagné de deux CD d'extraits musicaux.

Le Morbihan en guerre : 1939-1945

par les Archives départementales du Morbihan, 2009.
170 pages, illustré couleur. 30,5 cm x 21,5 cm.
Prix : 17 € (+ frais de port 6,41 €).

En 1939, l'Allemagne envahissait la Pologne déclenchant ainsi la seconde guerre mondiale. Bien que loin du front, les Morbihannais sont affectés par le départ de l'un des leurs pour son unité d'affectation mais leur quotidien n'est pas encore trop bouleversé. Certes les travaux agricoles prennent du retard faute de bras et de chevaux réquisitionnés par l'armée. Mais ils n'imaginent pas un seul instant que leur région sera occupée par les Allemands dix mois plus tard et pour cinq longues années. Ils n'imaginent pas qu'ils vont devoir cohabiter avec l'ennemi, travailler pour lui, qu'ils vont souffrir du froid, de la faim. Ils n'imaginent pas qu'ils vont connaître la peur de mourir sous les bombes. Le Morbihan en guerre retrace à travers une centaine de photographies et plus de deux cents documents d'archives les heures sombres de l'Occupation, les secrets de la résistance mais aussi les scènes de liesse d'une libération en deux temps.

Le Morbihan entre deux guerres : 1919-1939

par Isabelle Jéhanno et Yves Rospabé, 2004.
60 pages, illustré couleur. 21 x 29,7 cm.
Prix : 15 € (+ 2,84 € frais de port).

Cette nouvelle publication du service éducatif des archives départementales du Morbihan présente à partir de soixante documents le département pendant l'entre-deux-guerres. Ce dossier pédagogique est destiné aux enseignants afin de restituer cette période selon les besoins des programmes scolaires. Les fac-similés des documents d'archives fournissent aux enseignants et aux élèves un accès quasi direct au document. Les documents d'archives retenus sont, de par leur diversité, représentatifs de la période étudiée. Pour un public plus large qui s'intéresse à l'histoire du Morbihan, cette publication offre l'opportunité d'appréhender deux décennies assez peu étudiées et pourtant riches de documents et d'événements. Cette période voit entrer tardivement le département dans le 20e siècle mais elle prépare les bouleversements économiques, sociaux et technologiques du second 20e siècle.