Skip to Content

Loin des tranchées, la plage. Réflexions sur le tourisme dans le Morbihan

La majorité des stations balnéaires françaises n’a pas cessé de fonctionner au cours de la Première Guerre mondiale. Seules les stations les plus proches du front (Nord, Pas-de-Calais) ont cessé de recevoir des touristes ou l’ont fait sous l’étroite surveillance militaire. Si, dans le Morbihan comme ailleurs, la saison estivale 1914 s’est brutalement interrompue à la suite de la déclaration de guerre, les touristes reviennent dès les années suivantes.

Pour les professionnels du tourisme, la situation est tout de même différente puisque les baigneurs viennent moins rechercher les plaisirs que la tranquillité. Néanmoins, ils s’évertuent à essayer de faire fructifier la présence de nouvelles populations : les soldats en convalescence, les réfugiés... Ces touristes non-volontaires ont un rôle important pour, dès avant la fin de la guerre, permettre le développement de la propagande touristique à l’étranger et contribuer ainsi au rapatriement en France de l’or que la défense nationale a conduit à exporter.

Cycle de conférences intitulé Les Morbihannais à l’épreuve de la Grande Guerre organisé par les Archives départementales du Morbihan et l’Université Tous Âges de Vannes.