Skip to Content

Enquêtes hennebontaises

Les Archives du Morbihan viennent de classer les archives allant de la période de 1940 à 2007 du commissariat d’Hennebont. Représentant 30 mètres linéaires, conservé sous la cote 1998 W, ce versement complète le fonds d’archives existant sur la police hennebontaise depuis le milieu du 19e siècle.
Une partie du fonds couvre la seconde guerre mondiale. Bombardements, marché noir, collaboration, trafics de titres de ravitaillement, faits de la Résistance font l’objet de procès-verbaux ou de dossiers d’enquête. L'arrêté du 24 décembre 2015 portant ouverture d'archives relatives à la seconde guerre mondiale, permet, notamment, la consultation avant la fin des délais de communicabilité habituels, des « documents relatifs aux enquêtes réalisées par les services de la police judiciaire entre le 3 septembre 1939 et le 8 mai 1945 » et des « documents relatifs aux enquêtes réalisées par les services de police judiciaire entre le 9 mai 1945 et le 31 décembre 1960 dans le cadre d'affaires relatives à des faits survenus entre le 3 septembre 1939 et le 8 mai 1945, à l'exception de celles qui relèvent exclusivement du droit commun ».
Après-guerre, sont conservés des rapports mensuels entre 1946 et 1951. Ces documents sont précieux car ils rendent compte de l’opinion publique notamment lors des grèves des forges d’Hennebont.
La majorité des dossiers conservés dans ce fonds relève d'affaires courantes (vols, accidents de la circulation routière …). Ces archives (registres de main courante, dossiers d’enquête, procès-verbaux..) sont un témoignage de la vie quotidienne d’une ville de taille moyenne durant la seconde moitié du 20e siècle. On y trouve ainsi des photographies servant à étayer des faits mais aussi parfois des photographies anthropométriques des prévenus. Les dossiers peuvent être soumis à des délais de communication, en particulier lorsqu'ils concernent des mineurs. Ainsi, le dossier concernant le scandale sanitaire de la poudre Baumol, qui a touché de nombreux enfants en 1952 n’est pas communicable avant 2073, hormis pour les victimes, leurs parents et leurs enfants.